Le Couronnement de la Vierge d’Enguerrand Quarton

Le Couronnement de la Vierge d’Enguerrand Quarton (Laon 1412 ou 1415 – Avignon 1466) est un panneau de noyer recouvert d’une toile mesurant 2.20 m de large sur 1.83 m de haut conservé au musée Villeneuve-les-Avignon.

Ce retable a été fait pour la chapelle funéraire du pape Innocent VI dans la chartreuse Notre-Dame du Val de Bénédiction à Villeneuve -les-Avignon.

Ce tableau d’autel représente la Vierge couronnée par la Trinité au milieu de la Cour céleste (anges, apôtres, martyrs saints Innocents). La partie inférieure de l’œuvre montre le monde terrestre : Rome et Jérusalem de part et d’autre d’une Crucifixion. Nous pouvons également voir le Purgatoire d’où sorte les âmes élues et l’Enfer. La composition de ce retable rappelle la disposition d’un tympan d’église gothique. Autre élément médiéval le fond d’or qui recouvre la partie haute évoque le ciel tandis que la partie terrestre est traitée avec un ciel bleu.

La représentation de la Trinité est très étonnante: le Père et le Fils sont figurés de manière identiques et les ailes de la colombe du Saint-Esprit effleurent leur bouche. Les couleurs des draperies mettent en valeur le personnage de la Vierge et donnent l’impression d’une Vierge de miséricorde qui ouvre son manteau pour protéger les plus faibles.

La représentation de Rome rappelle la ville d’Avignon ceinte de grands remparts, la cité romaine est identifiable par l’évocation de la messe de saint Grégoire en l’église Sainte-Croix-de-Jérusalem, église des chartreux à Rome.

Pour symboliser Jérusalem, l’artiste a peint des tours recouvertes de toits en bulbe. Et là c’est une Résurrection qui a été peinte à l’extrémité du panneau.

 

L’élaboration du Couronnement est très bien documentée car en 1889 le contrat passé entre Enguerrand Quarton et Jean de Montagnac a été retrouvé dans des archives notariales. Il a permis d’identifier le peintre, le contexte de la commande mais la personnalité du commanditaire a débouché sur de nombreuses incertitudes. Pendant longtemps Jean de Montagnac a été vu comme le seul instigateur de l’œuvre. Aujourd’hui, les chercheurs pensent qu’il ne fut qu’un intermédiaire entre les chartreux et l’artiste et que ce sont les moines qui inspirèrent le contenu du tableau (voir la communication suivante  Le Blévec Daniel, Girard Alain. Le couronnement de la Vierge d’Enguerrand Quarton. Nouvelle approche. In: Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 135e année, N. 1, 1991. pp. 103-126. doi : 10.3406/crai.1991.14942 url : /web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1991_num_135_1_14942.)

Ainsi l’iconographie de la Trinité est dictée par les religieux et rejoint leurs croyances sur ce point important du dogme chrétien (un seul Dieu en trois personnes distinctes et égales : le Père, le Fils et le Saint-Esprit). Il n’était pas destiné à être vu par des fidèles, les chartreux sont un ordre vivant reclus.

Toutefois, cet important tableau est la figuration du monde tel que se le représentaient certains croyants du XVe siècle.

Illustration : The Yorck Project: 10.000 Meisterwerke der Malerei. DVD-ROM

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s