Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Chardin’

Voici un peintre que j’aime beaucoup : Jean Siméon Chardin (1699 Paris – 1779 id).

Chardin est un artiste à part de la communauté artistique français du XVIIIe siècle. Il n’a peint que des natures mortes, des scènes de genre et des portraits.

Pendant sa formation, il a travaillé chez plusieurs peintres mais il n’a pas eu de maître en particulier.

En 1724, il est reçu à l’Académie de Saint-Luc et en 1728 à l’Académie royale  comme peintre de fruits et d’animaux.

La plupart de ses tableaux sont organisés sur le même modèle : un cadrage resserré, un sujet qui détache d’un fond sombre.

La Brioche, huile sur toile conservée au musée du Louvre, peinte en 1763, 47*56 cm

Ses natures mortes sont parmi les plus belles de la peinture française, chaque élément peint sur la toile semble avoir une existence propre. Diderot écrit dans sa description du Salon de 1863 « …les objets sont hors de la toile et d’une vérité à tromper les yeux. »

Ses scènes de genre sont de sereines images de la vie quotidienne. Il ne peindra des figures qu’après 1730 mais ce ne sont pas des portraits comme nous pouvons les retrouver chez d’autres peintres ceux de Chardin sont plutôt des scènes d’intimité.

Le Château de cartes huile sur toile conservée à la National Gallery de Londres, peinte en 1736-37, 60*72 cm

Chardin peignait très lentement : il arrivait que les victuailles servant de modèles à ses tableaux s’abiment avant qu’il ait terminé. De plus il réalisait des séries, des variations d’un même sujet. Il a peint quatre versions de La Pourvoyeuse. Cela explique que la production de cet artiste soit peu importante.

Il se dégage de la poésie des œuvres de Chardin qui disait lui-même : «  On se sert de la couleur – on peint avec le sentiment. »

Read Full Post »