Saint Jean-Baptiste part se faire une beauté

Après Sainte-Anne, la Vierge et l’Enfant en 2011-2012, la Belle Ferronnière  en 2014-2015, c’est autour de Saint Jean-Baptiste de quitter les salles d’exposition du Louvre pour les ateliers du Centre de recherche et de restauration des musées de France.

Le tableau va être nettoyé, les restaurateurs vont essayer avant tout de retirer les couches superflues de vernis qui oxydent la surface de l’œuvre et empêchent de voir les détails. Ainsi la croix, la peau de bête et même les cheveux sont quasiment devenus invisibles.
Le tableau sera donc absent des cimaises du Louvre jusqu’à une date indéterminée. Sébastien Allard, directeur du département des peintures du musée,  rappelle qu’on ne connait pas le temps que nécessitera une restauration avant de l’avoir vraiment commencée.
Le panneau a été très étudié en amont et parait sain mais une mauvaise surprise est toujours possible.
Photographie provenant du site du musée du Louvre http://cartelfr.louvre.fr/cartelfr/visite?srv=car_not_frame&idNotice=13846
Publicités

Sainte Anne, la Vierge et l’Enfant de Léonard de Vinci

Sainte Anne, la Vierge et l’Enfant Jésus  du musée du Louvre est un tableau peint par Léonard de Vinci à partir de 1503 jusqu’à sa mort en 1519, il s’agit d’une huile sur bois (du peuplier pour être plus précise). Il mesure aujourd’hui 168*130cm, à l’origine il était un peu plus petit des panneaux latéraux ont été ajoutés par la suite pour amplifier la composition.

Dans un paysage, Léonard représente sainte Anne tenant la Vierge sur ses genoux qui, elle, se penche vers l’Enfant jouant avec un agneau symbole de son sacrifice.

Le peintre a réalisé de nombreuses études avant ce tableau que l’on considère comme inachevé.  La palette de cette œuvre est réduite. Le modelé est obtenu par les dégradés des couleurs. La restauration récente du centre de recherche et de restauration des musées de France  a permis de retrouver l’éclat des coloris et de voir les détails des montagnes de l’arrière-plan.  La couche picturale est très fine et laisse parfois apparaître l’esquisse sous-jacente.

Le tableau est construit à partir de pyramides s’imbriquant les unes dans les autres. On pourrait confondre les membres des différents protagonistes. L’axe central est donné par sainte Anne,  Léonard a peint un gouffre au premier plan qui éloigne le sujet du spectateur.

Léonard a utilisé la perspective atmosphérique pour créer la profondeur du paysage et un léger sfumato (un voile vaporeux) enveloppe la composition lui donne son unité.

Ce type d’image est appelé sainte Anne trinitaire, l’œuvre relate un fait symbolique mais pas historique car selon la tradition sainte Anne meurt avant la naissance de Jésus.

La restauration a rendu sa splendeur au tableau et montre toute la technique picturale de Léonard de Vinci.

Illustration : Sainte Anne, la Vierge et l’Enfant de Léonard de Vinci, musée du Louvre, source web gallery of art