Portrait en pied de Madame de Pompadour par Maurice Quentin de la Tour

Version courte

Ce portrait de Madame de Pompadour est du à Maurice Quentin de la Tour (1704-1788) il s’agit d’un grand pastel sur papier bleu exécuté probablement à partir de 1751 et conservé au Musée du Louvre.

Il présente Mme de Pompadour, vêtue d’une splendide robe à la française, assise dans un de ses salons, le visage légèrement tourné vers la gauche. Chaque élément du décor doit être compris comme une allusion à son esprit raffiné et à son rôle de protectrice des arts et des lettres. Sa coiffure simple et l’absence de bijoux démontrent qu’il s’agit d’un portrait intime.

La composition pyramidale s’organise autour de la marquise et de la forme de son vêtement.

Cette œuvre témoigne de la maîtrise parfaite du pastel par Maurice Quentin de la Tour. Ici, il utilise trois couleurs principales : le blanc, l’or et surtout le bleu qui crée une harmonie chromatique. La source de lumière est extérieure et vient mettre en valeur certains points de la composition : le visage, la robe et le pied de la table.

Le savoir-faire technique de Maurice Quentin de la Tour et sa capacité à rendre la psychologie de son modèle ont fait de lui un portraitiste très apprécié.

Version longue

Ce portrait de Madame de Pompadour est du à Maurice Quentin de la Tour (1704-1788 Saint-Quentin dans l’Aisne) il s’agit d’un grand pastel (1,77 sur 1,30cm) sur papier bleu probablement commandé en 1751 et conservé au Musée du Louvre.

Madame de Pompadour fut souvent portraiturée par les plus grand peintres de son époque : Jean-Marc Nattier, François Boucher, Carle Van Loo mais celui de Maurice Quentin de la Tour est le plus célèbre.

Il présente Mme de Pompadour assise dans un fauteuil accoudée à une table. Vêtue d’une splendide robe à la française symbole de l’élégance au XVIIIe siècle. La marquise détourne la tête et regarde au loin, pensive avec un léger sourire. Elle pose dans le salon d’un de ses nombreux hôtels particuliers. Chaque élément du décor doit être compris comme une allusion à son esprit raffiné et à son rôle de protectrice des arts et des lettres. Les ouvrages posés sur la table rappellent plus que son érudition et son intérêt pour la philosophie, ils montrent le soutien qu’elle apporta à des auteurs comme Montesquieu (L’Esprit des lois est le troisième ouvrage dont le titre est visible) qui s’opposèrent à la monarchie absolue alors qu’elle est à partir de 1751 la maîtresse officiel du roi. Enfin le carton à dessin, le tableau au mur et la guitare située derrière elle indiquent son amour pour la peinture et la musique.

Sa coiffure simple et l’absence de bijoux démontrent qu’il s’agit d’un portrait intime.

Cette œuvre témoigne de la maîtrise parfaite du pastel par Maurice Quentin de la Tour. Il utilise, ici trois couleurs principales : le blanc, l’or et surtout le bleu qui crée une harmonie chromatique. Celle-ci est d’abord due au papier bleu utilisé par le peintre puis au bleu des boiseries, des pages de la partition, du tapis.

La composition pyramidale du tableau est organisée à partir de la représentation de la marquise, l’axe médian passe par l’œil gauche, la main droite et le talon de la mule. La présence du tapis et de ses motifs floraux donnent de la profondeur à l’œuvre. La source de lumière est extérieure et vient mettre en valeur certains points de la composition : le visage, la robe et le pied de la table.

La technique du pastel suscite un véritable engouement dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, son aspect poudreux et velouté donne une intensité bien particulière.

La technique du pastel est spécifique, le pastel étant une poudre il ne permet pas en principe de réaliser de grandes compositions à cause des risques de frottements et donc d’effacer le dessin qui vient d’être réaliser. Ici l’artiste a utilisé huit feuilles de papier qu’il a ensuite assemblées. Il faut ensuite protéger l’œuvre par une vitre et éviter tout choc.

Le savoir-faire technique de Maurice Quentin de la Tour et sa capacité à rendre la psychologie de son modèle ont fait de lui un portraitiste très apprécié. Il aura pour modèles des artistes, des membres de la famille royale.

Ce portrait est exceptionnel par sa taille, par la qualité apportée à l’exécution des détails.

Publicités

7 réflexions sur “Portrait en pied de Madame de Pompadour par Maurice Quentin de la Tour

  1. bonsoir je n’ai pas compris
    Quels éléments de cette oeuvre en font un portrait officiel? pourriez-vous m’aider s’il vous plait

    • Bonsoir,

      Pour moi ce n’est pas un portrait officiel mais un portrait intime. La marquise de Pompadour est représentée dans son intérieur sans bijou. Cela n’empêche pas qu’elle affiche ses idées philosophiques (exemplaire de l’Encyclopédie) et son soutien à certains artistes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s